Dimanche 8 septembre,le soleil étant au rendez vous , vers 15 h nous partons en moto , direction la fontaine de vaucluse

source de la Sorgue, elle est la plus importante exsurgence de France métropolitaine. Elle est classée au cinquième au rang mondial avec un débit annuel de 630 et 700 millions de mètres cubes. Cette exsurgence sert de référence en hydrogéologie pour la caractérisation d'un type dénommé « source vauclusienne ».

Au-dessus de la fontaine se trouve une falaise de calcaire de 500 à 800 mètres de hauteur, parcourue par d'innombrables cassures et failles. Celle-ci joue le rôle d'un réservoir

La source est l'unique point de sortie d'un bassin souterrain de 1 100 km2 récupérant les eaux du mont Ventoux, des monts de Vaucluse, du plateau d'Albion et de la montagne de Lure. Elle alimente la Sorgue. L'eau de cette exsurgence contenant un taux moyen de 200 mg/litre de carbonate de

calcium et ayant un débit annuel d'environ 700 millions de mètres cubes, ce réservoir d'alimentation perd chaque année 50 000 m3 de calcaire. Ce phénomène de karstfication rapporté à la surface de l'impluvium représente un volume annuel de 45 m3/km2 qui disparait dissous dans l'eau2

Aujourd'hui, les efforts conjoints des géologues, hydrogéologues, hydrochimistes et spéléologues ont permis d'avoir une meilleure conception du fonctionnement de cette source karstique. Si son impluvium récupère les eaux du mont Ventoux, des monts de Vaucluse, du plateau d'Albion et de la montagne de Lure, il exclut la montagne de Bluye, au nord, ainsi que le Luberon et le synclinal d'Apt, au sud.

 

 

DSC_0022

Légende

 

C'est ici que saint Véran, évêque de Cavaillon, selon la légende, aurait réalisé son plus célèbre miracle en débarrassant la Sorgue d'un horrible drac ou dragon que l'on nomme encore Coulobre.

 

Ce Coulobre, dont on a voulu faire descendre le nom du latin coluber (couleuvre), était une créature ailée qui vivait dans l'exsurgence de la Sorgue. Elle passait pour s'unir avec des dragons qui l'abandonnaient ensuite, la forçant à élever seule les petites salamandres noires dont elle accouchait. Elle cherchait désespérément un nouvel époux et un père pour ses enfants mais sa laideur repoussait tous les prétendants.

 

On y voit, avec juste raison, le symbole de la lutte de l'évêque contre les anciens cultes. Le drac est en effet une divinité ligure des eaux tumultueuses et le coulobre doit son nom à deux racines celto-ligires : Kal : pierre, et Briga : colline. C'est la falaise dominant la fontaine où se trouve encore la Vache d'Or qui devait être le lieu d'un antique culte pastoral célébrant la force et la forme de l'eau et de la pierre. Selon la légende, il chassa cette immonde bête dans les Alpes où elle s'en fut mourir. Le village de Saint-Véran aurait été son lieu de chute. Il est à signaler qu'en remontant le sentier qui mène vers la source, on croise encore le « Traou dou Couloubre ».

 

Pétrarque aurait été attaqué par l'une de ces créatures jalouses alors qu'il se trouvait au bord de l'eau avec sa Laure, sa bien-aimée : il tua lé monstre d'un coup d'épée mais Laure mourut ensuite de la peste.

 

DSC_0006

              mi chemin de la montée avec vu sur le chateau

DSC_0007

       mi chemin on peut voir le haut de la falaise au pied se trouve la sortie de la fontaine

DSC_0008

 comme on peut le voir l'eau est très basse

DSC_0013

 voici le sommet de la fontaine et en effet elle est sèche

DSC_0014

DSC_0015

 descente de la fontaine et pas d'eau

DSC_0016

DSC_0017

on commence à voir l'eau au milieu de la descendre , elle sort par infiltration sous les rochers

DSC_0019

quelques canards qui profitent de l'eau

DSC_0020

 

DSC_0021

DSC_0023

pause chichi

   
   
 

la fabrication du papier à Fontaine de Vaucluse fut une industrie prospère jusqu’au milieu du XX° siècle. En 1973, le moulin à papier de Vallis Clausa fut réhabilité . Depuis , le moulin perpétue la fabrication du papier, en fabriquant le papier à la main comme au XV° siècle.

 


 

 

 

A Fontaine-de-Vaucluse, dominant la Vallis Clausa, se trouve l'ancien château des évêques de Cavaillon.
Pour y accéder, il faut prendre un escalier à droite du musée Pétrarque qui finit par un chemin assez abrupt, sinon se garer sur la route vers Lagnes au 1er parking à gauche, au départ de sentiers de randonnée, et prendre un chemin plus aisé.
Ce château date probablemeent de 1030 et a été la propriété des évêques de Cavaillon et de la seigneurie de Vaucluse ainsi qu'un lieu de pélerinage.
Les Comtes de Toulouse y introduisirent une garnison allant jusqu'à 150 Italiens, d'où quelques problèmes avec la population. Par contre, cela évitait les bandes de pillards qui allèrent jusqu'à détruire le village quelques temps après le départ de Pétrarque.
Héritée des Comtes de Toulouse, la forteresse fut la résidence des évêques de Cavaillon depuis 1171.
L'ami de Pétrarque, le cardinal de Cabassole, seigneur de Vaucluse, y fit des séjours réguliers.
D'en haut, vous aurez une vue générale sur cette belle vallée.

Numéro du petit patrimoine : 84139_7